Blog de Moudjahed

Oranie profonde

22
juin 2011
Saga des Honorables Mehadja : 1ére Partie .

  Saga

des Honorables

Mehadja

1ére Partie .

Première partie : origines et dynastie Idrisside .

Introduction : Un survol historique est nécessaire pour pouvoir suivre les péripéties de cette noble famille.

Chronologie musulmane :

- 570 632 : Naissance et mort du Prophète Mohammed (Saws) .

Premières dynasties arabes musulmanes :

- 661 – 750 : dynastie Omeyyades (ou Umayyades)

- 749 – 1517 : dynastie Abbasside.

- 788 – 1055 : dynastie Idrisside.

Les Idrissides (789- 926).

Première dynastie arabe musulmane au Moghrib aksa (actuel Maroc ) et Maghreb central ( Ouest algérien )

- - A – Idriss awal : premier descendant de la famille du prophete (Saws) au Moghrib Aksa et Maghreb central.

C’est pour fuir le massacre de sa famille en Arabie que Idriss Ier Ibn ‘Abd Allāh Ibn al-Ḥasan Ibn Alī Ibn Abī Ṭālib (radia allah anhou )se rend au Moghrib aksa (Maroc actuel).

Descendant de ‘Alî, il prend part à des révoltes contre les Abbassides menées par des membres du clan ‘Alide, notamment son frère Muhammad al-Nafs al-Zakiyya et son cousin Husayn.

À la suite du massacre de Fakh en 786 auquel il échappe, Idrîss 1er part au Maghreb extrême où des missionnaires ou docteurs de la foi Zaydites l’ont précédé.

Selon « al-Bakri » , Idrīs 1er arriva en cachette à Tanger puis Volubilis .

À son arrivée à Volubilis en 788, il est accueilli par les Berbères Awraba et le proclament Imâm saleh de leur sainte ville.

Il s’installe à Volubilis et fonde Fès qui deviendra prospère au point de devenir la capitale du Maghreb extrême, il entame la consolidation de son pouvoir par une expansion dans le Maghreb extrême jusqu’à Tlemcen et dans ses environs ou son frére Souleiman s’est fixé.

Idris I er restera durant 3 ans à Tlemcen et il réussit à supprimer le Kharidjisme de la région et à enlever aux Abbassides tout le pays du Sous à Ténés (Chlef).

Tlemcen, était sous le contrôle des Maghraoua et des Ifrenides. Ces derniers font leur soumission à Idris 1er. Mais son assassinat en 791, commandité par les Abbassides, met un terme à son projet.

-  – B -Idrîss tani : né après la mort de son père, hérite du pouvoir en 803, après une régence assurée par des compagnons d’Idrîss.

L’achèvement de la fondation de Fès fut le seul fait historique majeur du règne d’Idrîss II commencée par son père. Les recherches historiques et numismatiques, ont prouvé que Fès a été fondée en deux étapes.
- En 789, sous le règne de son père, un premier noyau fut établi sur la rive Est de l’oued Fès .

 Saga des Honorables Mehadja : 1ére Partie .   dans Les tribus arabes de Sidi Bel Abbés et d'Algerie morocco-fez-d6c03

- En 808, Idrîs II fonde sur la rive opposée un second centre, qui porta jusqu’au milieu du IXe siècle, le nom d’al-‘Aliyya. Fès restera une ville double, avec deux noyaux séparés dotés chacun d’une enceinte, jusqu’à son unification par les Almoravides au XIe siècle.

mosquee-idriss-maroc-2-400x300-a4632 dans Les tribus arabes de Sidi Bel Abbés et d'Algerie

-  C – Descendants Idrissides

- En 828 à la mort d’Idrîs II , ses fils se partagent le territoire de la dynastie .

1- Muhammad l’aîné hérita de Fès.

Le reste du royaume est partagé entre les frères, selon les conseils de la grande mère berbère Kenza.

2- Al Quasm obtient de son frère Omar : les villes de Tanger, Basra, Ceuta, Tetouan et Hadjer An-Nasr.

- 3- Omar reçoit Tikisas et Tergha y compris le commandement des tribus Sanhadjas et Ghomaras.

4- Daoud eut le pays des Houaras, Tasul, Taza et le pouvoir sur les tribus Miknassa et Ghayathides.

- 5- Abdellah récolta Aghmat, Anfis, les montagnes des Masmoudas, le pays des Lamba et le reste du Sous al-Aksa.

-6- Yahia décroche les villes d’Asilah et de Larache, le pays des Ouergha.

-7- Issa eut les gouvernements de Chella, Salé, Azemmour, Tamesna.

-8- Hamza reçut celui d’ Ulili ou volubilis .

Par contre Tlemcen reste aux mains du fils de Souleiman b. Abdallah, qui est le frère d’Idris I.

Qui était ce frère ?

- -D – Souleiman ibn abdellah .

Ibn Khaldoun livre une autre dynastie « Souleimanide » Idrisside qui régna sur Tlemcen durant 140 ans.

-  – E- Le royaume des Souleimanides comprenait Tlemcen et Ténès de 802 à 904 .

a-19-8903c

Ce royaume fut fondé par Souleiman frère d’idriss 1er.

-  – F- Récit du frère d’Idris1er , Souleiman :

Selon Ibn Khaldoun dans son appendice IV, Souleiman s’échappe lui aussi vers le Maghreb lors des Abbassides ; il arrive à Tiaret après la mort de son frère Idris Ier et il voulut prendre le pouvoir.

Il se rend à Tlemcen et fut maître de toutes les tribus Zénètes de cette localité.

-  -1-Son fils Muhammed b. Souleiman

succède et ses enfants se partagent tout le Maghreb central ctd l’Oranie en Algérie après la mort de leur père.
-  Le gouvernement de Tlemcen était sous la responsabilité de :
- Ahmed fils de Muhammed puis à
- Muhammed fils d’Ahmed, ensuite à
- Al Qasem fils de Muhammed fils d’Ahmed.

- 2 – Aissa, fils de Muhammed, obtient Rachgoun(Ile à l’embouchure de la Tafna , rivière à huit lieues de Tlemcen) et il s’allie aux Fatimides.

Le frère de Aissa, Idris obtient la possession des Dejrawa.

Son fils Abu’l Aych Aissa lui succède.

Après la mort de Abu’l Aych Aissa,
- Al Hasen b. Abi’l Aych prend le pouvoir chez les Dejrawas.

Après cela, c’est au tour d’Ibrahim puis à ses fils :

Yahia, Ibrahim et Idriss.

Idriss reçoit Archgul, par contre,
- son frère Yahia s’allie aux Omeyades au temps d’Abderhaman An Nacer.

Cela provoque le mécontentement des Fatimides en 935.
- Yahia sera arrêté par le général Misur.

La ville des Dejrawa qui abrite Al Hasen b. Abi’l Aych sera assiégée par Ibn Abi’l Afya, représentant des Omeyades au Maghreb central.

La ville sera prise par les Omeyades.

Puis Al Hasen s’évade pour rejoindre son cousin Idriss, fils d’Ibrahim, chef de l’ Ile Rachgoun – Embouchure de la Tafna .

Al Buri, fils de Musa b. Abi’l Afya prendra cette ville.

Ténès sera le siège d’Ibrahim, fils de Muhammed ,
- puis elle sera sous les mains de son fils Muhammed , du même nom, – puis à Ibrahim (même nom),
- ensuite à Yahya
- et enfin à Ali.

Ce dernier est vaincu par les Zirides pendant le règne de Ziri ibn Menad en 953 . Ali se réfugie alors chez les Maghraouides.

- Les autres successeurs auront Fès comme capitale et avaient l’appui de toutes les provinces qui forment l’empire actuel du Maroc (selon Slane et Ibn Khaldoun).

- Le royaume se morcela à cause des rivalités au sein de la famille. Les Idrissides seront attaqués par les Zirides et les Omeyades et ils perdent définitivement leurs États.

- Le pouvoir Idrisside désormais morcelé ne sera plus jamais réunifié. Les territoires gouvernés par les descendants d’Idrîs II sont essentiellement concentrés dans le nord du Maroc, avec quelques possessions dans le Tadla ou dans l’extrême sud du pays. La fin de la dynastie Idrisside est très mouvementée.

- Les Idrissides continuent à cohabiter avec d’autres dynasties locales. L’urbanisation du Moghrib aksa (extrême) connaît également un développement notable à l’époque idrisside.

- Bâtisseurs de villes, les premiers Idrissides ont laissé également quelques monuments phares, surtout à Fès, comme la mosquée al-Qarawiyyîn qui fut fondée par Fatima, fille de Muhammad ibn ‘Abd Allâh al-Fihrî, un immigrant originaire de Kairouan.

- Après l’avènement du califat fatimide, le Moghrib aksa ( actuel maroc) était devenu un terrain de confrontation, directe ou par alliés interposés, entre les Fatimides et les Omeyyades de Cordoue.

- Pris en tenaille dans le conflit qui oppose les deux Empires fatimide et omeyyade, leurs territoires finirent par tomber aux mains des pouvoirs Zénètes et la victoire omeyyade sur le dernier Idrisside al-Hasan ibn Gannûn, allié aux Fatimides, marque la fin définitive de la dynastie en 974.

- Toujours selon « ibn khaldoun » les idrissides Tout en contribuant à l’islamisation des tribus païennes, les Idrissides pronaient le djihad (guerre sainte) contre, le kharidjisme, le judaïsme et le christianisme. Leur rôle a été magnifié dès l’époque mérinide parallèlement à l’émergence des lignages de chorafâ revendiquant une origine Idrisside.

- L’empire Idrisside qui dominait le Maghreb depuis plusieurs décennies s’émietta peu à peu pour donner naissance à des confréries religieuses plus locales se revendiquant de l’empire dont les Méhadja de l’ouest algérien qui se proclament d’appartenir à une fraction des Idrissides. Ces derniers continuèrent , délestés du pouvoir Idrisside , leurs missions religieuses : celle d’enseigner les préceptes du coran et sa tradition ou Souna du prophète (Saws) pour le perpétrer au milieu des Maghrébins de l’Oranie sous d’autres dominations non chérifiennes à leur yeux et en firent leur principal crédo .

Les preuves :

- 1— 1082 – 1796 : Premier Imam Méhadji idrisside de la Mosquée Pacha d’Oran en l’honneur de Hassan Pacha (dey d’Alger ) :

Cheikh Sidi Mohamed Es-Senni Al Méhadji )

h-20-1498386-1239884536-03915

- 2 — Zaouia ou mosquée non autorisée à M’dina jdida , de Si Tayeb El Mehadjidont toute l’activité gravite autour d’un centre d’intérêt : la foi et la science et le djihad , elle fut une pépinière de grands héros du mouvement national et de la guerre de libération nationale.

Le cheikh SI Tayeb El Mehadji était un Grand alem et résistant : dont le fils, Si Kacem, est aussi un grand chahid d’Oran .

- 3 — 1909-2001 : Son neveu Cheikh El-Miloud El-Mehadji lui aussi âlama très connu grâce à sa réputation et à son audience.

Même durant l’époque de BouKHAROUBA où les prêches du vendredi provenaient de l’administration centrale et obéissaient aux injonctions politiques. Cheikh Cheikh El-Miloud El-Mehadji élaborait ses propres « dourousse » à partir de petits faits puisés dans le quotidien.

Et pendant la vague de violence des années 90 la volonté du Cheikh ne fut pas entamée . Il avait assumé sa noble mission, en condamnant à chaque fois que l’occasion se présentait, les atteintes à l’Islam commis par les hordes terroristes.

- 4— El Gaada et ghar boujlida , lieux historiques qui furent un lieu de repli pour le regretté chahid « ahmed ZABANA lui même méhadji ,premier guillotiné pour la cause nationale .

J’y reviendrais amplement sur l’action patriotique de cette Zaouias pour son combat pour la libération de notre pays .

- 5— Première école coranique de tout l’Ouest algérien :

(le M’cid de sidi bel abbés ).

N/b :

A propos de cette fraction : objet de notre contribution : les Méhadja.

la tradition orale rapporte au sujet de l’origine du nom Méhadja ou Méhaja ou Men hna ja traduisez littéralement :

 » il est venu de là bas « 

Qui est aussi le fil ou l’interrogation pour suivre et connaitre leur itinéraire jusqu’à nos contrées .

à suivre !

prochainement :Dans la série : Saga des méhadja .

- La 2éme partie :

Périple des Méhadja de Tlemcen à Oran et Sidi bel abbés.

SOURCES : Aḥmad Ibn Sahl a-Rāzī _el bakri_-ibn khaldoun – Mr Chafik T. Benchekroun- Slane- Māhir Jarrār.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

534 réponses:

1 9 10 11
1 9 10 11

Laisser un commentaire

Des risions...risibles...li... |
Journaliste en herbe ... |
IMMOBILIER-MONTEREAU |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fedasil WSP
| Buzz Annonce
| derrierelavitre