Blog de Moudjahed

Oranie profonde

22
juin 2011
Saga des Honorables Mehadja : 1ére Partie .

  Saga

des Honorables

Mehadja

1ére Partie .

Première partie : origines et dynastie Idrisside .

Introduction : Un survol historique est nécessaire pour pouvoir suivre les péripéties de cette noble famille.

Chronologie musulmane :

- 570 632 : Naissance et mort du Prophète Mohammed (Saws) .

Premières dynasties arabes musulmanes :

- 661 – 750 : dynastie Omeyyades (ou Umayyades)

- 749 – 1517 : dynastie Abbasside.

- 788 – 1055 : dynastie Idrisside.

Les Idrissides (789- 926).

Première dynastie arabe musulmane au Moghrib aksa (actuel Maroc ) et Maghreb central ( Ouest algérien )

- - A – Idriss awal : premier descendant de la famille du prophete (Saws) au Moghrib Aksa et Maghreb central.

C’est pour fuir le massacre de sa famille en Arabie que Idriss Ier Ibn ‘Abd Allāh Ibn al-Ḥasan Ibn Alī Ibn Abī Ṭālib (radia allah anhou )se rend au Moghrib aksa (Maroc actuel).

Descendant de ‘Alî, il prend part à des révoltes contre les Abbassides menées par des membres du clan ‘Alide, notamment son frère Muhammad al-Nafs al-Zakiyya et son cousin Husayn.

À la suite du massacre de Fakh en 786 auquel il échappe, Idrîss 1er part au Maghreb extrême où des missionnaires ou docteurs de la foi Zaydites l’ont précédé.

Selon « al-Bakri » , Idrīs 1er arriva en cachette à Tanger puis Volubilis .

À son arrivée à Volubilis en 788, il est accueilli par les Berbères Awraba et le proclament Imâm saleh de leur sainte ville.

Il s’installe à Volubilis et fonde Fès qui deviendra prospère au point de devenir la capitale du Maghreb extrême, il entame la consolidation de son pouvoir par une expansion dans le Maghreb extrême jusqu’à Tlemcen et dans ses environs ou son frére Souleiman s’est fixé.

Idris I er restera durant 3 ans à Tlemcen et il réussit à supprimer le Kharidjisme de la région et à enlever aux Abbassides tout le pays du Sous à Ténés (Chlef).

Tlemcen, était sous le contrôle des Maghraoua et des Ifrenides. Ces derniers font leur soumission à Idris 1er. Mais son assassinat en 791, commandité par les Abbassides, met un terme à son projet.

-  – B -Idrîss tani : né après la mort de son père, hérite du pouvoir en 803, après une régence assurée par des compagnons d’Idrîss.

L’achèvement de la fondation de Fès fut le seul fait historique majeur du règne d’Idrîss II commencée par son père. Les recherches historiques et numismatiques, ont prouvé que Fès a été fondée en deux étapes.
- En 789, sous le règne de son père, un premier noyau fut établi sur la rive Est de l’oued Fès .

 Saga des Honorables Mehadja : 1ére Partie .   dans Les tribus arabes de Sidi Bel Abbés et d'Algerie morocco-fez-d6c03

- En 808, Idrîs II fonde sur la rive opposée un second centre, qui porta jusqu’au milieu du IXe siècle, le nom d’al-‘Aliyya. Fès restera une ville double, avec deux noyaux séparés dotés chacun d’une enceinte, jusqu’à son unification par les Almoravides au XIe siècle.

mosquee-idriss-maroc-2-400x300-a4632 dans Les tribus arabes de Sidi Bel Abbés et d'Algerie

-  C – Descendants Idrissides

- En 828 à la mort d’Idrîs II , ses fils se partagent le territoire de la dynastie .

1- Muhammad l’aîné hérita de Fès.

Le reste du royaume est partagé entre les frères, selon les conseils de la grande mère berbère Kenza.

2- Al Quasm obtient de son frère Omar : les villes de Tanger, Basra, Ceuta, Tetouan et Hadjer An-Nasr.

- 3- Omar reçoit Tikisas et Tergha y compris le commandement des tribus Sanhadjas et Ghomaras.

4- Daoud eut le pays des Houaras, Tasul, Taza et le pouvoir sur les tribus Miknassa et Ghayathides.

- 5- Abdellah récolta Aghmat, Anfis, les montagnes des Masmoudas, le pays des Lamba et le reste du Sous al-Aksa.

-6- Yahia décroche les villes d’Asilah et de Larache, le pays des Ouergha.

-7- Issa eut les gouvernements de Chella, Salé, Azemmour, Tamesna.

-8- Hamza reçut celui d’ Ulili ou volubilis .

Par contre Tlemcen reste aux mains du fils de Souleiman b. Abdallah, qui est le frère d’Idris I.

Qui était ce frère ?

- -D – Souleiman ibn abdellah .

Ibn Khaldoun livre une autre dynastie « Souleimanide » Idrisside qui régna sur Tlemcen durant 140 ans.

-  – E- Le royaume des Souleimanides comprenait Tlemcen et Ténès de 802 à 904 .

a-19-8903c

Ce royaume fut fondé par Souleiman frère d’idriss 1er.

-  – F- Récit du frère d’Idris1er , Souleiman :

Selon Ibn Khaldoun dans son appendice IV, Souleiman s’échappe lui aussi vers le Maghreb lors des Abbassides ; il arrive à Tiaret après la mort de son frère Idris Ier et il voulut prendre le pouvoir.

Il se rend à Tlemcen et fut maître de toutes les tribus Zénètes de cette localité.

-  -1-Son fils Muhammed b. Souleiman

succède et ses enfants se partagent tout le Maghreb central ctd l’Oranie en Algérie après la mort de leur père.
-  Le gouvernement de Tlemcen était sous la responsabilité de :
- Ahmed fils de Muhammed puis à
- Muhammed fils d’Ahmed, ensuite à
- Al Qasem fils de Muhammed fils d’Ahmed.

- 2 – Aissa, fils de Muhammed, obtient Rachgoun(Ile à l’embouchure de la Tafna , rivière à huit lieues de Tlemcen) et il s’allie aux Fatimides.

Le frère de Aissa, Idris obtient la possession des Dejrawa.

Son fils Abu’l Aych Aissa lui succède.

Après la mort de Abu’l Aych Aissa,
- Al Hasen b. Abi’l Aych prend le pouvoir chez les Dejrawas.

Après cela, c’est au tour d’Ibrahim puis à ses fils :

Yahia, Ibrahim et Idriss.

Idriss reçoit Archgul, par contre,
- son frère Yahia s’allie aux Omeyades au temps d’Abderhaman An Nacer.

Cela provoque le mécontentement des Fatimides en 935.
- Yahia sera arrêté par le général Misur.

La ville des Dejrawa qui abrite Al Hasen b. Abi’l Aych sera assiégée par Ibn Abi’l Afya, représentant des Omeyades au Maghreb central.

La ville sera prise par les Omeyades.

Puis Al Hasen s’évade pour rejoindre son cousin Idriss, fils d’Ibrahim, chef de l’ Ile Rachgoun – Embouchure de la Tafna .

Al Buri, fils de Musa b. Abi’l Afya prendra cette ville.

Ténès sera le siège d’Ibrahim, fils de Muhammed ,
- puis elle sera sous les mains de son fils Muhammed , du même nom, – puis à Ibrahim (même nom),
- ensuite à Yahya
- et enfin à Ali.

Ce dernier est vaincu par les Zirides pendant le règne de Ziri ibn Menad en 953 . Ali se réfugie alors chez les Maghraouides.

- Les autres successeurs auront Fès comme capitale et avaient l’appui de toutes les provinces qui forment l’empire actuel du Maroc (selon Slane et Ibn Khaldoun).

- Le royaume se morcela à cause des rivalités au sein de la famille. Les Idrissides seront attaqués par les Zirides et les Omeyades et ils perdent définitivement leurs États.

- Le pouvoir Idrisside désormais morcelé ne sera plus jamais réunifié. Les territoires gouvernés par les descendants d’Idrîs II sont essentiellement concentrés dans le nord du Maroc, avec quelques possessions dans le Tadla ou dans l’extrême sud du pays. La fin de la dynastie Idrisside est très mouvementée.

- Les Idrissides continuent à cohabiter avec d’autres dynasties locales. L’urbanisation du Moghrib aksa (extrême) connaît également un développement notable à l’époque idrisside.

- Bâtisseurs de villes, les premiers Idrissides ont laissé également quelques monuments phares, surtout à Fès, comme la mosquée al-Qarawiyyîn qui fut fondée par Fatima, fille de Muhammad ibn ‘Abd Allâh al-Fihrî, un immigrant originaire de Kairouan.

- Après l’avènement du califat fatimide, le Moghrib aksa ( actuel maroc) était devenu un terrain de confrontation, directe ou par alliés interposés, entre les Fatimides et les Omeyyades de Cordoue.

- Pris en tenaille dans le conflit qui oppose les deux Empires fatimide et omeyyade, leurs territoires finirent par tomber aux mains des pouvoirs Zénètes et la victoire omeyyade sur le dernier Idrisside al-Hasan ibn Gannûn, allié aux Fatimides, marque la fin définitive de la dynastie en 974.

- Toujours selon « ibn khaldoun » les idrissides Tout en contribuant à l’islamisation des tribus païennes, les Idrissides pronaient le djihad (guerre sainte) contre, le kharidjisme, le judaïsme et le christianisme. Leur rôle a été magnifié dès l’époque mérinide parallèlement à l’émergence des lignages de chorafâ revendiquant une origine Idrisside.

- L’empire Idrisside qui dominait le Maghreb depuis plusieurs décennies s’émietta peu à peu pour donner naissance à des confréries religieuses plus locales se revendiquant de l’empire dont les Méhadja de l’ouest algérien qui se proclament d’appartenir à une fraction des Idrissides. Ces derniers continuèrent , délestés du pouvoir Idrisside , leurs missions religieuses : celle d’enseigner les préceptes du coran et sa tradition ou Souna du prophète (Saws) pour le perpétrer au milieu des Maghrébins de l’Oranie sous d’autres dominations non chérifiennes à leur yeux et en firent leur principal crédo .

Les preuves :

- 1— 1082 – 1796 : Premier Imam Méhadji idrisside de la Mosquée Pacha d’Oran en l’honneur de Hassan Pacha (dey d’Alger ) :

Cheikh Sidi Mohamed Es-Senni Al Méhadji )

h-20-1498386-1239884536-03915

- 2 — Zaouia ou mosquée non autorisée à M’dina jdida , de Si Tayeb El Mehadjidont toute l’activité gravite autour d’un centre d’intérêt : la foi et la science et le djihad , elle fut une pépinière de grands héros du mouvement national et de la guerre de libération nationale.

Le cheikh SI Tayeb El Mehadji était un Grand alem et résistant : dont le fils, Si Kacem, est aussi un grand chahid d’Oran .

- 3 — 1909-2001 : Son neveu Cheikh El-Miloud El-Mehadji lui aussi âlama très connu grâce à sa réputation et à son audience.

Même durant l’époque de BouKHAROUBA où les prêches du vendredi provenaient de l’administration centrale et obéissaient aux injonctions politiques. Cheikh Cheikh El-Miloud El-Mehadji élaborait ses propres « dourousse » à partir de petits faits puisés dans le quotidien.

Et pendant la vague de violence des années 90 la volonté du Cheikh ne fut pas entamée . Il avait assumé sa noble mission, en condamnant à chaque fois que l’occasion se présentait, les atteintes à l’Islam commis par les hordes terroristes.

- 4— El Gaada et ghar boujlida , lieux historiques qui furent un lieu de repli pour le regretté chahid « ahmed ZABANA lui même méhadji ,premier guillotiné pour la cause nationale .

J’y reviendrais amplement sur l’action patriotique de cette Zaouias pour son combat pour la libération de notre pays .

- 5— Première école coranique de tout l’Ouest algérien :

(le M’cid de sidi bel abbés ).

N/b :

A propos de cette fraction : objet de notre contribution : les Méhadja.

la tradition orale rapporte au sujet de l’origine du nom Méhadja ou Méhaja ou Men hna ja traduisez littéralement :

 » il est venu de là bas « 

Qui est aussi le fil ou l’interrogation pour suivre et connaitre leur itinéraire jusqu’à nos contrées .

à suivre !

prochainement :Dans la série : Saga des méhadja .

- La 2éme partie :

Périple des Méhadja de Tlemcen à Oran et Sidi bel abbés.

SOURCES : Aḥmad Ibn Sahl a-Rāzī _el bakri_-ibn khaldoun – Mr Chafik T. Benchekroun- Slane- Māhir Jarrār.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez répondre, ou faire un trackback depuis votre site.

35 réponses:

  1. 7 commentaires
    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    13 juin 2011 15:28, par epsilone
    @ Moudjahed

    Je voudrai juste ajouter une petite information sur la mort Idriss I , Haroun Rachid envoya un espion à Idriss I qui mourut empoisonné et le traite fut rattrapé à (Wajada) aujourd’hui OUJDA.

    PS : Une très belle librairie qui se trouve sous l’immeuble Hasnaoui au centre ville c’est là que j’ai trouvé beaucoup de livres d’histoire du Maghreb, entre autre des livres de Rachid BENBLAL .

    Epsilone

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    13 juin 2011 23:40, par Dr D.Reffas
    Bonjour Moudjahed.

    Vous écrivez Fès la magnifique. J’aimerai bien que vous m’étalez si vous le désirez l’argumentation qui vous a amené à identifier cette ville marocaine comme étant magnifique.Cordialement.

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    14 juin 2011 12:28, par Moudjahed
    bonjour docteur , simple ce fut un qualificatif que je lui ai collé comme çà de tête sans recherche avancée de ma part !
    sa réputation la précède ;ce n’est pas un vernissage !

    Fes est une capitale culturelle et aucune ville du Maroc ne peut la détrôner aussi bien dans le grand maghreb arabe que dans le monde
    aussi par sa splendeur inégalable :elle est vraiment authentique du point de vue architecture de la civilisation arabe musulmane
    elle demeurera une capitale de lumière
    mm les marocains disent

    «  »"C’ est de là ! que vient toutes les us et coutumes , et aussi la cuisine marocaine . »" »

    et je traduis sincèrement mon regard sur cette civilisation aux minarets carrés par leur rationalité

    loin des koubas rondes qui tournent en rond des charlatans

    ou des minarets en pic tant décriés par les agnostiques .

    comme vous devriez l’avoir , j’en suis sur ! relever dans ma 2éme pic de tlemcen .

    Et puis toutes les villes édifiées par nos aïeux les arabes musulmans sont magnifiques
    que ce soit au Moghrib Aksa ou au Maghreb central et en ifrikiya :
    la majorité de ces villes étaient tolérantes
    ou mm le juif renié par l’eglise catho vaquait paisiblement à son commerce dans leurs venelles étroites
    ou on sentait le jasmin et on voyait l’eau chantait pure et scintillante partout dans un décor de rêves mm sur les trottoirs. .
    à propos !sidi hrazem est peut etre pour qq chose dans ma description .
    je vous offre qq souvenirs de touriste lambda en 1982 comme çà en vrac :

    «  »" DANS LA MADINA elkdima on a plein les yeux au niveau de l’architecture et les riads c’est comme une bouffée de culture et de tradition…

    Il y a Sidi hrazem a 10/15 km réputé pour son eau bienfaitrice, ifrane pour sa fraicheure.l
    dans la nouvelle medina : le jus de citron dans les ptits cafés chics sur le bd mohamed v , la kefta ( viande hachée ), les merguez de viande d’agneau ou brochettes de foie chez les juifs hayem . les virées en montagne, par exemple Ifrane et tout les alentours, ammizour .et je ne vous parle pas de la nuit à f2Z ET SES SAHRATES jusqu’au petit matin comme dans les milles et une nuits .

    je vous rappelle sans rien vous apprendre que les frontières et la xénophobie ne sont pas l’œuvre des arabes musulmans .
    Je pense vous avoir répondu cher docteur !
    respectueusement votre !
    N/B :

    ah ! j’oubliais je suis algerien depuis le djihad de Sidna abdelkader ,sultan des arabes d’Algérie ,premiers résistants contre les roumis .
    et non celui l’ONM du FLN d’où mon nom patronymique .

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    14 juin 2011 19:03, par Charlène
    Bonjour Moujahid, merci pour ton article.
    Je voulais savoir qui est ce Chafik T. Benchekroun que tu cites parmi tes autres sources comme Ibn Khaldoun.
    Est-ce un historien contemporain ? Merci.

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    14 juin 2011 20:14, par Moudjahed
    Bonsoir Charlène,
    Je pense que oui !
    Chafik T. Benchekroun, est un historien marocain contemporain qui parle beaucoup de la mosquée de Kairouan en racontant les détails sur sa fondatrice « fatima el fihriya »et de la dynastie iddrisside et surtout de Féz dans sa mémoire de Master I (L’histoire contre son histoire) à l’Université de Toulouse qui est sur le net.
    En tt les cas je ne le connais pas, et ce n’est pas de mes fréquentations.
    mais j’ai lu ces écrits sur mon sujet et que je compare tjr avec précautions avec d’autres, mm ibn khaldoun des fois est partisan dans ses descriptions .
    Et j’ai en mémoire une règle si chère à un de nos prof en histoire et il est de Sidi bel abbés :
    je cite le vénérable historien : «  »"Mohammed senni «  »" » ! (JE VOUS INVITE à LE LIRE )qui dit si bien :

    Qu’il faut éviter de mêler ses sentiments avec l’histoire çà peut nuire à son message et n’auras aucun effet dans l’avenir..
    voici un passage édifiant de ce qu’il pense de l’écriture de l’histoire mm officieuse :

    ****L’Histoire n’est pas et ne peut être une simple interprétation des faits car cela pourrait conduire à une infinité de conclusions où l’on court le risque de ne pas tomber sur deux qui se ressemblent.

    En revanche elle gagnerait à être une comparaison, un rapprochement et une identité des vues où convergent le plus grand nombre. Quant à la subjectivité, elle a été et est toujours l’apanage des historiographes qui travaillent pour le compte des puissants, des riches mal intentionnés ou des idéologies qui servent des intérêts hégémoniques.

    Cette historiographie n’a d’intérêt que par ses aspects anecdotiques que les historiens attitrés utilisent avec la plus grande réserve et ne manquent jamais d’aviser leurs lecteurs lorsque ce cas se présente.

    L’historien qui tente de reconstituer un événement donné, de remonter une période précise ou de narrer l’itinéraire d’une région, d’un pays ou d’un ensemble territorial n’a pas à faire valoir ses croyances et ses convictions propres car il y va de sa crédibilité puisqu’ il court le risque de sombrer dans un nombrilisme facétieux, un tribalisme étroit et finit par se convaincre qu’il est le seul à détenir la vérité.
    Aussi a-t-il intérêt à les mettre en veilleuse sans quoi seuls son instinct et ses épanchements lui seront suffisants pour écrire ce qu’il a envie de faire avaler aux autres.***

    respectueusement votre !
    @moudjahed

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    13 juin 2011 20:06, par Moudjahed
    bonsoir epsilone :
    je voulais de te dire que c’est Rachid Ben Blal qui a souligné dans son livre :

    « Il n’est pas inutile de rappeler que c’est en souvenir des ribats des Mourabitines (almoravides) nos ancêtres ,

    où l’on apprenait le Coran, la science du hadith et les préceptes de l’Islam ainsi que le maniement des armes qu’on a formé le nom de « mrabet »
    que les Français désignent sous le nom incorrect et péjoratif de « marabout »

    et que Les premières zaouïas, implantées en Algérie, furent de véritables ribats,
    dont l’une des principales missions était de repousser les tentatives d’évangélisation des populations algériennes,
    notamment celles de Français d’Assise en 1221,
    de Raymond Lulle en 1231,
    des capucins de Matteo Baschi vers 1515,
    des récollets vers 1600.
    C’est sous la férule de la zaouïa de la tarika Kadiriya de Mascara
    que l’Emir Abdelkader engagea la lutte contre l’envahisseur français.

    Sans commentaire .

    Répondre

    Saga des Honorables Méhadja : 1ére Partie .
    13 juin 2011 19:46, par Moudjahed
    bonsoir epsilone , merci pour la vérité rajoutée.
    J’ai expressément omis de le faire et ne pas charger et surtout par respect à ce grand khalifa(calife )des Mille et une Nuits que j’adorais pendant mon enfance bercée par des rêves mythiques de Haroun al-Rachid, fils du précédent calife, El-Mahdi, et d’une esclave berbère, a porté à son apogée l’empire arabe musulman et la dynastie des Abbassides de Baghdad à cordoue .

    Laissant le soin aux lecteurs de chercher son assassin .
    Pour la librairie : je connais et j’ai aussi compulsé un livre de rachid BenBlal « Tlemcen des saints et des savants »Dar El Gharb 2003

    j’ai repris certaines de ses narrations avec plaisir car du domaine public et c’est un patrimoine commun .

    je vous avise seulement que je suis tombé des nues dans l’élaboration de ma contribution , au sujet des zénétes et des derkawas .

    quant au sujet  » Saga des honorables Méhadja « tellement fécond , je l’ai partagé en plusieurs parties .

    Après celle ci d’autres suivront au fur et à mesure et que les lecteurs nous pardonnent de les ennuyer avec çà : c’est un mal nécessaire pour nos enfants .

    Je vous souhaite à tous et toutes :
    bonne lecture et bonne soirée sur BAI .

    Merci espsilone .

  2. bilete avion écrit:

    This it is an interesting article. But first of all I must say all the visitors. Hello there. And now I must say that I m going to post http://moudjahed.unblog.fr/2011/06/22/saga-des-honorables-mehadja-1ere-partie on my Hi5 profile. I will do this because finally I found what I was looking for. What you post here is really very good information. In the second I saw this tittle, Bel abbes Story » Saga des Honorables Mehadja : 1ére Partie ., in my google search I was very glad. It is possible I found something that have the same ideea here http://www.xfly.ro, I’m not sure but I thing it was the same. Thank you

  3. unwanted gift card écrit:

    Hi! This is kind of off topic but I need some advice from an established blog. Is it very hard to set up your own blog? I’m not very techincal but I can figure things out pretty quick. I’m thinking about setting up my own but I’m not sure where to begin. Do you have any ideas or suggestions? Cheers

Laisser un commentaire

Des risions...risibles...li... |
Journaliste en herbe ... |
IMMOBILIER-MONTEREAU |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fedasil WSP
| Buzz Annonce
| derrierelavitre