Blog de Moudjahed

Oranie profonde

17
juin 2012
la levée de l’état d’urgence « en Algérie pour bientôt.
Posté dans POLITIQUE et Opinions libres ! par moudjahid à 12:32 | 2 réponses »

« la levée de l’état d’urgence « en Algérie pour bientôt.

Pages : 1

#1 03-02-2011 17:43:

Moudjahed
Banni(e)
la levée de l'état d'urgence
Lieu : sidi bel abbés
Inscription : 13-04-2010
Messages : 531
Site Web

« la levée de l’état d’urgence « en Algérie pour bientôt.

pour couper court et devancer les revendications de la rue et la marche de la cordination pour le changement et la democratie prévue ce 13 fevrier  !

ce 03/février /2011 !au conseil des ministres .

Abdelaziz Bouteflika a annoncé,  pour bientôt, la levée de l’état d’urgence
bouteflika-etat-d-urgence-300x203.jpg

Le président de la république M. Abdelaziz Bouteflika, a annoncé que la levée de l’état d’urgence interviendra « dans un trèsproche avenir ». « Aussi, pour mettre un terme à toute polémique infondée sur cette question, je charge le gouvernement à s’atteler, sans délais, à l’élaboration de textes appropriés qui permettront à l’Etat de poursuivre la lutte antiterroriste jusqu’à son aboutissement, avec la même efficacité et toujours dans le cadre de la loi », a souligné le président de la République qui intervenait dans le cadre du Conseil des ministres. Le chef de l’Etat a rappelé, à ce propos, que l’état d’urgence a été instauré « pour les seuls besoins de la lutte antiterroriste, et c’est cette raison uniquement qui en a dicté le maintien sur une base légale ».
Pour le président de la République, l’état d’urgence « n’a, à aucun moment, entravé une activité politique pluraliste des plus riches, ni contrarié le déroulement de campagnes électorales intenses, de l’avis même des observateurs qui les ont suivies ». S’agissant de l’organisation des marches, et hormis la wilaya d’Alger, « rien ne l’entrave dans toutes les autres wilayas, pour autant que les demandes et les conditions exigées par la loi soient réunies », a encore précisé le chef de l’Etat.
« Certes, la capitale fait exception dans ce domaine pour des raisons d’ordre public bien connues, et certainement pas pour y empêcher une quelconque expression », a-t-il relevé. « Au demeurant, Alger compte plusieurs salles publiques de capacités diverses, qui sont gracieusement disponibles pour tout parti ou association en faisant légalement la demande, en vue d’y faire entendre son point de vue »,a rappelé le président de la République.

Quant à monsieurZerhouni ?
il défend le maintien de l’état d’urgence

yazid-zerhouni-286x300.jpg

Depuis sa nomination au poste de vice- premier ministre Noureddine Yazid Zerhouni n’a pas eu souvent l’occasion de s’exprimer, lui qui n’avait pourtant pas la langue dans la poche.

Hier à la clôture de la session parlementaire, il aura été prolixe en parlant de dossiers qui relèvent pourtant du ressort de son successeur à la tête du département de l’intérieur.

Concernant la marche du 12 février de la Coordination pour le changement démocratique, il a juste rappelé que les marches sont interdites dans la capitale. Un rappel qui a valeur de mise en garde, en avertissant les organisateurs « à prendre leur responsabilité ».

Concernant l’état d’urgence, Zerhouni est formel : « il sera maintenu », tranchera t-il en tentant de faire comprendre que son maintien n’a jamais été utilisé pour porter atteintes aux libertés publiques.

« Nous n’avons jamais pris de décisions au nom de l’état d’urgence qui réduisent, limitent ou portent atteintes aux libertés individuelles ou collectives » dit-il insistant sur le fait que sa levée « n’est pas actuellement à l’étude ». « il n’est pas raisonnable de demander actuellement la levée de l’état d’urgence », insiste t-il .

Une affirmation qui se veut surtout un démenti à son successeur Dahou Ould Kablia qui avait laissé entendre dans son entretien avec Liberté que ce dispositif ferait l’objet de discussions au sommet de l’Etat. Pour Zerhouni, l’Etat d’urgence ne serait qu’une sorte de dispositif technique « il s’agit d’un instrument qui permet de coordonner l’action, avec plus d’efficacité, de l’Armée nationale populaire, des services de sécurité ainsi que celle de l’administration, dans la lutte antiterroriste ».

Et de s’interroger pour mieux asseoir son plaidoyer pour l’état d’urgence : « existe-t-il en Algérie, aujourd’hui, un prisonnier politique ? » « Les journalistes écrivent ce qu’ils veulent et sans censure », a-t-il fait valoir. A une question établissant un parallèle entre les situations prévalant, d’une part, en Tunisie et en Egypte, et, d’autre part, en Algérie, le vice-Premier ministre a affirmé que les situations dans les trois pays n’étaient « pas similaires ».

»Au niveau des politiques sociales, l’Algérie est le pays où les transferts sociaux sont les plus élevés au monde », a-t-il souligné. « Deux millions de logements ont été construits. Il y a 10 millions d’élèves dans les différents paliers de l’enseignement et 1,5 million d’étudiants », a-t-il ajouté. « Il y a des avancées en Algérie, les choses changent graduellement », a-t-il poursuivi. Zerhouni a, également, cité, dans ce cadre, la Loi de finances 2009 qui a introduit « des améliorations dans la maîtrise de l’économie nationale »

Dernière modification par Moudjahed (03-02-2011 18:03:)


Lorsque nous serons libres, il se passera des choses terribles…….Oui j’aimerais mourir au combat avant la fin ….
« Larbi Ben mhidi »


Fil RSS 2.0. Les réponses sont desactivées mais vous pouvez faire un trackback depuis votre site.

2 réponses:

Des risions...risibles...li... |
Journaliste en herbe ... |
IMMOBILIER-MONTEREAU |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fedasil WSP
| Buzz Annonce
| derrierelavitre