Blog de Moudjahed

Oranie profonde

  • Accueil
  • > Le Roman Des Nobles Bedouins
Archive pour la catégorie 'Le Roman Des Nobles Bedouins'


PAGE 35

19 octobre, 2011
Le Roman Des Nobles Bedouins | 2 réponses »

PAGE 35

[IMG]

Rassemblement du conseil de la tribu

autour d’un taam (couscous).

Une foule noire de bédouins et de cavaliers entoure et s’amasse devant la tente de la choura !

On n’a jamais vu pareil rassemblement que pendant les guerres tribales.

Pourtant ! Rien ne semblait l’indiquer, tout le campement vaquait à ses affaires.

Les serviteurs allaient et venaient nonchalants entre les tentes ou les femmes préparent en commun le couscous general d’accueil des hotes .

Nul ne portait des armes !

Excepté les gardes qui avaient en bandoulière leurs longs fusils à pierre.

Les vieilles femmes filaient leur laine et battaient leur lait devant les tentes entourées de bambins remuants.

En voyant arriver Sidi la foule se scinda en deux pour lui laisser le passage.

Les cavaliers mirent pied à terre et cédèrent les harnais aux serviteurs qui s’empressèrent d’emmener les chevaux vers les enclos.

Ils rejoignirent les autres qui s’engouffraient dans la tente en prenant place sur l’immense tapis rouge et noir déroulé pour la circonstance, après avoir pris soin d’enlever leur chaussure : simples sandales faites de peau de chèvres qui s’amoncelèrent pèle mêle devant le seuil de la tente.

Un grand cercle se forma autour du pivot central de la tente ou était accroché la relique de la tribu : le fameux cimeterre que jilla à emporté avec lui.

Effectivement, tous les regards étaient fixés sur le poteau dégarni de son trophée.

Ce sacrilège ! Alourdit encore plus la pesanteur qui régnait sous la tente de la choura, généralement sereine a rumeur maitresse de la steppe a précédé l’objet de la réunion convoquée d’urgence par le cheikh.

On murmurait à voix basse l’incident de Jilla en attendant stoïquement la prise de parole du chef.

Celui ci, assis à la turque, la tête baissée lisait un livre de récitations coraniques, comme pour banaliser l’ordre du jour qui paraissait extraordinaire.

Son attitude aide à apaiser les inquiétudes lourdement commentées qui planaient sur le campement.

Les conseillers comme à leur habitude s’échangeaient des Salem (salut de paix) et des nouvelles des leurs avec une contenance joviale.

Soudain ! le berrah (crieur) d’une sa voix de stentor brisa ce bourdonnement d’abeilles faits de murmures.

-Ya koum ! (Oh ! gens de la tribu) notre honorable cheikh Sidi ben Mohand ben Jilla vous prie d’écoutez, soyez attentifs à sa parole respectable sous cette tente sacrée, que dieu vous garde et vous protège.

Un silence de plomb s’abattit sur les vénérables conseillers.

à suivre !

[IMG]

12345...42

Des risions...risibles...li... |
Journaliste en herbe ... |
IMMOBILIER-MONTEREAU |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Fedasil WSP
| Buzz Annonce
| derrierelavitre